[Texte] L'envers du décor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Texte] L'envers du décor

Message par Moumyne le Ven 13 Sep 2013 - 22:19

Je vous montre ce soir une nouvelle fanfic achevée il y a 30 secondes. Je n'ai pas encore relu donc certainement bourré de bêtises, n'hésitez surtout pas à me les signaler ! Et je prends toute suggestion utile. Le texte sera retapé dès que j'en aurai le courage Razz C'est un 1er jet, soyez indulgents ^^'

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

   Cette nuit-la, Henry avait passé toute sa soirée à travailler sur un tout nouveau système d'alarme. Il avait récupéré tout une caisse de composants électroniques récents, entassés pêle-mêle dans un grosse caisse de bois à l'arrière d'un véhicule abandonné. Il l'avait trouvé par hasard en revenant de ses derniers tests en extérieur avec le Castabot. La voiture gisait sur le bas côté du tunnel souterrain, complètement renversée et déjà dévorée par la rouille. Les restes rongés de deux corps humains dépassait de sous la carcasse de l'engin, même pour un robot Henry trouva l'odeur terrible, et aux vues des reliefs d'uniformes kakis et des épaulettes rayées rouge et jaune, il s'agissait probablement des membres d'un des groupuscules armés anti-mutants qui fleurissaient un peu partout ces temps-ci. Henry n'avait pas touché aux armes, peut être explosives et sensibles au mouvement, pourtant bien en évidence sur le sol et le siège passager, il avait simplement pris dans la caisse le matériel qui l'intéressait. Des composants en argent, des résistances et des bobines neuves, et même une boîte de câbles électriques en cuivre à peine usés. De quoi réparer ce fichu boîtier de commande de l'alarme défectueux. De retour dans son laboratoire il s'était installés sans bruit à son établi, et avait déballé ses trouvailles le plus discrètement possible, pour ne pas réveiller son ami qui s'était endormi dans son fauteuil, bouteille à la main. Il l'observa quelques secondes. Il avait l'air exténué. Il n'avait même pas eu le temps de retirer ses chaussures ni son grand manteau avant de s'assoupir. Henry se demanda quelles avaient été ses mésaventures dans le passé avec Raph pour qu'il soit si fatigué ce soir. Au moins été-t-il revenu.

   Le bruit du café en train de bouillir tira le Visiteur des dernières brides de son rêve. Il porta sa main à son visage et se frotta les yeux. Se faisant il appuya par mégarde sur une de ses récentes blessures à l'arcade sourcilière. Une coupure légère mais douloureuse. Il se souvint que quand Stella l'avait surpris en train d'ouvrir discrètement la porte de la chambre pendant qu'elle se déshabillait, elle lui avait lancé sa nintendo DS. Pleine tête.
Le Visiteur s'étira, bailla bruyamment et salua Henry. En se levant sa bouteille vide roula sur le sol poussiéreux et alla se caler sous une chaise. Il se dirigea vers se qui leur tenait lieu de salle de bain. Un couloir de trois mètres de long sans portes. Il y avait entassé là deux seaux d'eau, un seau à caca, et quelques appareils d'Henri stockait contre un mur. Le visiteur retira ses vêtements et les lava dans l'eau du premier seau. Une fois l'essentiel de la crasse partie il les plaça dans un accélérateur de séchage par micro-ondes, parfois capricieux, mais efficace, et se lava grâce au second seau d'eau claire. Il ramassa un morceau de miroir à côté de la bassine et entrepris de se raser et de vérifier ses blessures. Pas d'infection, tout semblait en bonne voix de cicatrisation. Rassuré il passa les mains dans ses cheveux bruns en bataille et se donna deux bonnes paires de claques pour finir de se réveiller.
   Henry avait servi deux tasses de café et attendait son ami en consultant leur plan du jour. Ils en avaient  discuté la veille et s'étaient fixés sur la pollution des mers proches, qui avait entraîné dans leur dégradation la mort du plancton et des micro-organismes responsables d'une bonne partie du maintien des écosystèmes et de la production d'oxygène. Tout en buvant son café et en avalant les quelques gâteaux secs périmés qu'ils avaient échangés récemment contre la réparation d'un poste de radio chez les portoricains qui vivaient à deux blocs de souterrains d'ici, ils vérifièrent ensemble les derniers points faibles du plan et fixèrent le départ du Visiteur pour 16h. Il fallait avant cela récupérer un appareil pour Henri chez les Toms à plusieurs kilomètres de là, dézombifier l'arrière du tunnel d'accès sud et donner à Raul des documents qu'il lui avait promis.

   Le Visiteur commença donc par bourrer ses poches de nourriture emballée, d'un poignard court et quelques autres bricoles. Dont une petite flasque de tord-boyaux. Sait-on jamais. Il salua Henry et sortit de leur abri.
   Après avoir parcouru quasiment à l'aveugle 500 mètres dans les souterrains dévastés, noyé une chaussure dans une flaque d'eau à la couleur douteuse et shooté dans un rat – qui aurait fait un parfait steak s'il ne s'était pas barré en couinant dans une fissure du mur – le Visiteur arriva en vu du refuge. Le couloir sentait fortement l'urine et la décomposition. Des  relents âcres brûlèrent la gorge du Visiteur qui monta le haut de son col pour sur son nez pour tenter d’atténuer cette puanteur. Au détour d'un virage il trouva deux hommes dépenaillés, armés de vieilles carabines rouillées. Ils montaient la garde mais semblaient également épuisés. Mal rasés, adossés au mur, ils faisaient plus pitié que peur. Ils adressèrent un hochement de tête au Visiteur et lui firent signe de passer. Le jeune homme les dépassa sans un mot mais laissa tomber derrière lui un paquet de cigarettes. Dans le couloir suivant de plus en plus d'hommes et de femmes se tenaient assis ou couché le long des murs. Habillés de guenilles et parfois malades, ils ne parlaient pas et était concentrés sur leurs tâches comme cette vieille femme encapuchonnée qui réparait ses lunettes avec du cuivre et un morceau de verre grossissant. Ou cet homme entre deux âges qui plaçait une lame acérée sur la prothèse bricolée qui lui remplaçait la main gauche. Des enfants même. Sales et tristes, vêtus de guenilles. L'un d'entre eux apostropha le Visiteur pour lui demander à manger mais celui-ci ne reçu qu'un coup de pied pour l'éloigner. Le Visiteur ne lui jeta pas un regard et continua son chemin en regardant par terre, sans ralentir. Il fouilla dans sa poche et sans même se retourna lança un paquet de biscuits secs sur les genoux de l'enfant, stupéfait. Deux cents mètres plus loin, après avoir contourné un règlement de compte sanglant et une vieille folle qui vendait ses derniers vêtements, il arriva devant un amas de tôles et de bâches. Il s'y faufila et pu récupérer le condensateur que Toms avait préparé pour Henry. Il laissa à Toms et sa femme son dernier paquet de gâteaux et repartit d'un bon pas hors du camp de réfugiés.
Il retourna sur ses pas quelques temps puis bifurqua, afin de rejoindre les tunnels situés au sud de leur repaire. A peine avait-il fait une dizaine de mètres qu'un long râle d'agonie lui donna la chaire de poule. Il tira son poignard et s'assura que le condensateur ne risquait pas de tomber de sa poche. Des pas traînant. Un hurlement au loin. Et toujours ces râles terrifiants. L'odeur de la mort ne tarda pas et la suivant de peu il put enfin voir la carcasse putréfiée qui le flairait bruyamment. Un filet de bave dégoulina le long du menton du zombie, et ses yeux noirs et morts se braquèrent sur lui. Après un mouvement de dégoût  le Visiteur se ressaisit, serra le manche de son arme et fonça. Il donna un violent coup d'épaule dans le cadavre qui craqua sous l'impact et s'écroula contre un mur. Une partie de son cerveau éclaboussa le mur. Le Visiteur ne perdit pas une seconde et trancha la tête de la créature.
- Bien fait pour ta gueule sale... sale...
   Pendant que le Visiteur cherchait encore l'insulte qui conviendrait le mieux des reniflements bruyants le surprirent. Près de lui. Très près de lui. A l'angle du mur des pas traînants annoncèrent l'arrivée d'un groupe de zombies, tous plus délabrés les uns que les autres. Parmi eux deux femmes, peut être belles naguère mais désormais ravagées par la décomposition. Leurs râlent montèrent et résonnèrent dans le souterrain quand ils s'élancèrent vers leur proie. Deux autres cadavres débouchèrent derrière lui et lui coupèrent toute retraite. Le Visiteur paniqua quelques secondes puis ne voyant pas d'autres alternatives il fonça sur eux, lame en avant. Le premier fut transpercé au niveau de l'abdomen, d'où ruisselèrent des entrailles nauséabondes. Le zombie en parut d’ailleurs surpris, et se figea pour regarder tout ce fratra sanguinolent qui dégringolait jusque par terre. Le Visiteur, lui, garda son élan pour planter son arme dans le crâne de la zombie suivante. Elle eut pourtant le temps de le griffer au visage, sur la joue, d'où perla un filet de sang. L'odeur du sang excita les zombies, qui se rapprochèrent dangereusement. Celui donc les boyaux traînaient par terre s'empêtra dedans plusieurs fois et tomba lourdement au sol. Le Visiteur était en proie à deux zombies qui claquaient des dents près de son cou en tentant de lui arracher des lambeaux de chair. L'un d'eux para le bras du Visiteur qui tentait de le repousser et l'agrippa fermement. Il planta ses dents pourries dans le tissus de son manteau et la douleur irradia jusqu'à son épaule. Il hurla et d'un bon coup de pied dans le ventre, l'envoya bouler à plusieurs mètres de là. Du sang rougit l'étoffe de son avant bras. Mais pas le temps de s'en préoccuper. Heureusement, pas de contamination possible par les morsures. La deuxième femme zombie lui empoigna les cheveux profitant de la diversion produite par le zombie éventré, qui avait pu ramper jusqu'aux pied du Visiteur et tentait de le mordre à travers ses chaussures épaisses. Le dernier zombie, lui, était maintenu à distance par de violents allers-retours du poignard devant ses yeux morts. Le Visiteur se dégagea, s'arrachant une bonne poignée de cheveux et gagnant une bonne griffure à l'oreille au passage, et put se retourner pour faire face aux trois zombies, dos contre le mur. Ils avancèrent vers lui de leur pas traînant et la femme zombie reçu un coup de poing magistral au visage qui lui fit sauter les cervicales. Le deuxième enjamba maladroitement le corps et bouscula le Visiteur en lui tombant lourdement dessus. Le Visiteur se cogna le crâne dans la pierre humide et froide du mur mais par chance il réussit à se saisir de la tête du zombie pour l'envoyer s'éclater contre le sol de toutes ses forces. Il releva vite les yeux pour se préparer à la troisième attaque mais visiblement le zombie étripé avait trouvé plus simple comme casse-croûte et mâchait bruyamment la tête de la femme zombie. Le Visiteur se releva péniblement, épousseta son vêtement et soudain pris d'un vertige il dû s'appuyer au mur. En portant la main à sa tête il découvrit du sang, qu'il sentait couler entre ses cheveux. Il décida de s'éloigna des lieux rapidement pour évaluer la situation. A l'aide de sa flasque de gnôle il désinfecta sa joue, son bras et son crâne, oubliant l'oreille et non sans pousser une bonne gueulante à cause de la douleur. Il entoura son bras d'un mouchoir blanc, sortit de sa poche des bandes adhésives stériles piquées chez Raph et s'en servit pour refermer ses plaies. Après une bonne rasade de cet alcool à 75°, il poursuivit son chemin. Légèrement moins stable.
   Toute la zone semblait clean heureusement car un mal de tête persistant et la douleur à son bras le martelaient sans cesse. Ses pas mal assurés le menèrent jusqu'à la planque des Lombardi. Raul y avait enfermé son frère et sa sœur et leur faisait faire diverses tâches ingrates. Quand le Visiteur frappa sur la porte, avec le mauvais bras et donc en réveillant sa blessure, il poussa une bordée de jurons qui accueillirent Raul quand celui-ci ouvrit la trappe. La porte s'ouvrit alors bruyamment une fois les verrous retirés et Raul invita son hôte à entrer.
- 'Lut Raul. Comment vas-tu ? Demanda le Visiteur dans un soupire en se vautrant dans le tas de couvertures servant de canapé.
- On fait aller, on fait aller. Ces deux imbéciles n'en finissent plus de me décevoir je ne sais vraiment plus quoi en faire. Raul avait les yeux cernés et lasses.
- Je t'apporte les papiers qu'Henry te devait. Il te salue d'ailleurs. Le Visiteur tendit une enveloppe sale et racornie à Raul, et en profita pour étendre ses jambes et poser ses chaussures sur la table. Il proposa sa flasque à Raul qui en but quelques longues gorgées. Ils discutèrent de tout et de rien pendant plusieurs heures, et le Visiteur se promit de repasser le voir de temps en temps, car il appréciait sa compagnie. Il avait la tête sur les épaules, Raul. Le poids de plusieurs vies sur ses épaules, une sagesse étonnante et une bienveillance sincère brillait dans ses yeux fatigués.

   Le temps passé à discuter chez Raul l'avait en partie dégrisé, et c'est sans trop tanguer que le Visiteur retourna chez lui. Non sans se perdre une ou deux fois quand même. Se ressemblent tous ces fucking souterrains. Il donna le condensateur à Henry, qui faisait faire sa promenade quotidienne au Castabot, voulu manger quelque chose mais il n'avait plus aucun gâteaux et après avoir revérifié le plan prévu pour le soir même il plaça la machine temporelle sur son bras indemne et pianota l'année et le lieu du rendez-vous.


   Raph renversa une bonne partie de sa bière mais fit mine de ne pas avoir été surpris. Il pris un coussin à côté duquel il était assis le canapé et enfonça lourdement sa tête dedans. Le Visiteur déboula de la salle de bain et salua chaleureusement Raph, qui marmonna quelque chose d'incompréhensible à travers son coussin. Le Visiteur s'assit, ou plus exactement se vautra à côté de Raph et commença à lui expliquer les détails du plan. Raph leva lentement la tête l'air vaguement intéressé et remarqua l'odeur assez écœurante qui émanait du Visiteur. Et en plus il avait de nouvelles coupures sur la joue. Et du sang sur le front et l'oreille. Et un chiffon blanc était maculé de rouge sur son avant-bras. Septique, Raph soupira et se demanda encore une fois s'il n'était pas en train de faire royalement avoir par un clodo mythomane. Quand le Visiteur eut enfin fini de déblatérer son éternelle histoire commençant par « Voilà ce qui va se passer » et qui n'en finissait jamais de trucs loufoques, il l'engueula pour avoir arraché le rideau de douche en apparaissant, il lui reprocha son retard au rendez-vous et le charria sur ces nouvelles blessures qu'il qualifia de blessures d'ivrogne. Le Visiteur resta silencieux et quand Raph céda et accepta de l'aider pour la mission le Visiteur bondit de joie, l'attrapa par le col et tout deux disparurent dans un grésillement suivi d'un flash lumineux.
avatar
Moumyne
Philosophe des Balls
Philosophe des Balls

Féminin Messages : 926
Date d'inscription : 15/05/2013
Age : 32
Localisation : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Moumyne le Sam 14 Sep 2013 - 21:07

Oups :'( visiblement ce texte ne plait pas. Je le laisse encore un peu demain et ensuite je supprime. Je le relirai demain matin voir si il vaut le coup. Des bisous.
avatar
Moumyne
Philosophe des Balls
Philosophe des Balls

Féminin Messages : 926
Date d'inscription : 15/05/2013
Age : 32
Localisation : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par valyrien le Sam 14 Sep 2013 - 23:04

Je pense pas que ton texte ne plaît pas, je pense juste que personne n'a eu le courage de le lire, parce qu’il faut avouer qu'il est très long^^

Mais sinon je l'ai trouvé très intéressant. On a le droit a une visite guidée de sous-terrains assez détaillé. En plus, il y a quelques petites interactions entre le Visiteur et les réfugiés, ce qui est très rare. J'ai bien aimé aussi la visite du Visiteur chez Raoul, c'était bien pensé et peut-être que dans une prochaine saison, ils seront vraiment amis comme tu nous les décrit.
Mais je vois quand même mal Raoul se servir de ses frères comme larbins, ce qu'il veut c'est les aider à s'améliorer, ou au moins éviter qu'ils fassent trop de conneries. Comme tu le dis, il a une certaine sagesse, et je pense qu'ils pourraient leur pardonné leurs stupidités.
Et j'ai trouvé le combat avec les zombies et peu longuet mais ça c'est rien.

Bref, beau travail.
avatar
valyrien
Chasseur de Canard
Chasseur de Canard

Masculin Messages : 718
Date d'inscription : 13/12/2012
Age : 22
Localisation : Ardennes / Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Nigami le Sam 14 Sep 2013 - 23:47

J'avais pas eu le temps de le lire hier ! Laisse ton texte plus longtemps ma petite Moumyne, c'est vrai qu'il est assez long Smile

Et sinon, il est super ! J'ai adoré le passage avec les réfugiés, le Visiteur qui a l'air d'un gros bourrin ne veut pas révéler qu'il a le coeur tendre Wink
Et pour les zombis, étude intéressante de comment il s'est fait ses blessures (le coup de la DS était excellent ^^), c'est vrai qu'on oublie trop facilement qu'il est entouré de créatures dangereuses. Par contre, les morsures ne transforment pas en zombis ? Mais comment alors ?

Et le retour du seau à caca !

Bref, bravo Smile
avatar
Nigami
N+1
N+1

Féminin Messages : 2455
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
Localisation : La deuxième étoile à droite de Gallifrey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Moumyne le Dim 15 Sep 2013 - 8:21

Oh ! je me suis inquiétée toute seule on dirait ! Moi et mes goûts étranges.. J'ai cru que le texte ne disait trop rien aux lecteurs ._.'

Merci Valyrien ton commentaire m'est très utile !! je retravaillerai peut être ces scènes, et au prochain texte j'y penserai.

Merci Nigami ! ton avis compte beaucoup pour moi (les autres aussi hein) vu que tu es très productive Smile Et oui dans ma tête les zombies ne mordent pas pour infecter les autres. J'ai tellement adoré la réplique du Visiteur qui disait que c'était la saison des zombies chez lui, que je me suis imaginée ça comme un virus genre grippe Razz 

François a tellement bien créé et développé l'univers du Visiteur qu'on prend beaucoup de plaisir à se l'approprier (un petit peu ^^) et à s'y balader avec les personnages.

Ça m'a donné d'autres idées Very Happy
avatar
Moumyne
Philosophe des Balls
Philosophe des Balls

Féminin Messages : 926
Date d'inscription : 15/05/2013
Age : 32
Localisation : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Laetitia le Dim 15 Sep 2013 - 9:37

Bon j'avoue, hier je n'ai pas eu le courage de lire ton texte. Mais cette erreur fut réparée ce matin! Et j'ai beaucoup apprécié ton texte. Smile J'aime ta façon d'écrire, elle rend la lecture très agréable et très fluide. Smile

La prochaine fois que tu publies un texte, je n'hésiterai pas à le lire!
avatar
Laetitia
Ex Modo
Ex Modo

Féminin Messages : 12508
Date d'inscription : 19/04/2013
Age : 23
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Moumyne le Dim 15 Sep 2013 - 9:41

Rooo tu es mignonne merci ! Et moi la prochaine fois je ne douterai pas de vous, vous êtes des gens coooool Very Happy
J'aime beaucoup publier des trucs ici car ce sont de vrais critiques et de vrais avis ! Ya pas de triche tout le monde est honnête. Je préfère qu'on me dise sincèrement que certains passages ne vont pas (ou même tout :/) plutôt qu'on me dise que ça va et qu'on ne le pense pas.
Bon Laetitia c'est pas pareil, tu es tellement gentille que d'une manière générale tu aimes bien tout et tout le monde (non ?) En tout cas merci aux courageux d'avoir lu mon dernier pavé !
avatar
Moumyne
Philosophe des Balls
Philosophe des Balls

Féminin Messages : 926
Date d'inscription : 15/05/2013
Age : 32
Localisation : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Laetitia le Dim 15 Sep 2013 - 10:57

C'est pas parce que je suis gentille, c'est que j'ai sincèrement trouvé l'ensemble de ton texte très très bon. Smile
Mais c'est vrai que j'aime tout le monde, et que je ne suis pas difficile. ^^
avatar
Laetitia
Ex Modo
Ex Modo

Féminin Messages : 12508
Date d'inscription : 19/04/2013
Age : 23
Localisation : Suisse

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Nigami le Dim 15 Sep 2013 - 12:51

Non, Laetitia a du goût c'est tout, nah (et je dis pas ça parce qu'elle adore mes textes héhé).

Mais sinon Moumyne, un autre commentaire : on voit bien ton petit côté fleur bleue dont tu m'avais parlé et je trouve ça touchant. Ce qui est génial avec le fait de ne pas connaître tout du Visiteur c'est qu'on peut s'imaginer d'autres facettes et j'aime beaucoup ton point de vue d'une "sortie dans les souterrains". C'est pas seulement une balade entre zombis qu'on dégomme à coup de machette, c'est une course à la vie. Et c'est bien écrit =)
avatar
Nigami
N+1
N+1

Féminin Messages : 2455
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
Localisation : La deuxième étoile à droite de Gallifrey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Moumyne le Dim 15 Sep 2013 - 13:07

Alors là je suis ravie de ce que u as écrit ! Ça veut dire que je me débrouille pas trop mal pour partager ce que j'éprouve face au Visiteur du Futur (le perso, et la série en générale).
Mon côté fleur bleue me poursuivra toujours je pense, pourtant j'ai aussi une facette à bien aimer les trucs gores et ce qui caractérise moins les filles en général (genre j'ai toujours largement préféré les shonen aux shojo..)(sauf exception, on est pas des bêtes non plus)

Sinon pour écrire cette fan fic je suis partie de l'origine possible des blessures du Visiteur, qui m’intriguaient beaucoup. Et j'ai voulu imaginer une journée "normale" que passent le Visiteur et Henry dans leur présent. Ton idée de "course à la vie" (très joliment dit) résume tout à fait ce que je voulais montrer. Raph ronchonne dès qu'on lui demande quelque chose, alors que le Visiteur ne se plaint jamais mais vit un quotidien plus que dangereux...


avatar
Moumyne
Philosophe des Balls
Philosophe des Balls

Féminin Messages : 926
Date d'inscription : 15/05/2013
Age : 32
Localisation : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Nigami le Dim 15 Sep 2013 - 13:13

Nan mais les shonen c'est trop classe, alors que les shojo c'est trop chiant (et pas du tout réaliste quoi U.U). Sérieusement, les coups de "je l'aime mais notre amour est impossiiiiiibleuh"... Enfin voilà quoi. Un peu de sentiment je veux bien (on est pas des gros bourrins), mais on est pas dans Twilight.

Les blessures, François avait dit que c'était les bouteilles qu'il s'envoyait à la gueule (mais oui mais oui).

Donc Raph est relou et le Visiteur est bouddha !
avatar
Nigami
N+1
N+1

Féminin Messages : 2455
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
Localisation : La deuxième étoile à droite de Gallifrey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Moumyne le Dim 15 Sep 2013 - 13:23

Ça me parait bien trop simpliste cette version qu'il nous a donné du Visiteur qui se balance des bouteilles sur la tronche ^^ A la limite c'est à cause des quantités qu'il boit qu'il se blesse mais sinon c'est trop vague comme explication. Si s'en est bien une. Moi je reste sur ma faim :/
Après j'aime beaucoup Raph aussi et heureusement c'est pas qu'un râleur mais pas de chance, dans mes textes il tient toujours à peu près ce rôle.
Et le Visiteur a un côté touchant, un côté mystérieux, un côté boulet-mytho-tête-à-claques, et un côté sombre et sérieux que j'aime beaucoup aussi ♥ J'aime les personnages qui semblent avoir une vraie personnalité, complexe et pleine de contradictions. Les personnages tout blanc ou tout noir (me faites pas dire ce que j'ai pas dit) ne m'intéressent pas. C'est trop mièvre et sans relief les persos monoexpressif et sans personnalité.

C'est pour ça qu'on l'aime tant et qu'on peut facilement lui inventer d'autres aventures, il est complexe et intéressant.
avatar
Moumyne
Philosophe des Balls
Philosophe des Balls

Féminin Messages : 926
Date d'inscription : 15/05/2013
Age : 32
Localisation : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Nigami le Dim 15 Sep 2013 - 16:42

Je n'aurai pas mieux dit moi-même ^^
avatar
Nigami
N+1
N+1

Féminin Messages : 2455
Date d'inscription : 25/02/2013
Age : 25
Localisation : La deuxième étoile à droite de Gallifrey

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Texte] L'envers du décor

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 579 le Dim 15 Juin 2014 - 18:28
Derniers sujets
» [Op. Wiki] Anaïs Vachez (~Terminé !)
par kerleona72 Sam 22 Sep 2018 - 12:00

» [Court-métrage] Le petit Monstre d'Anais Vachez
par kerleona72 Sam 22 Sep 2018 - 11:48

» [Vidéos] Les topos de Lolo
par yao Ven 21 Sep 2018 - 18:20

» [Websérie] Reboot avec des Frenchnerdiens (2015)
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 16:56

» [Websérie] "Zérostérone" cocréée par Eléonore Costes (2018)
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 16:45

» [Court-métrage] "Gris." avec Raphaël Descraques
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 15:15

» [Dédicaces] François Descraques à la Fnac à Paris le 6 octobre 2018
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 13:43

» World Wide Fan-art !
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 9:26

» [Websérie] "Les Engagés" avec Slimane-Baptiste Berhoun (2018)
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 9:20

» Les projets/créations de Lezly Prager
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 9:12

» [Table ronde] LINCC fait son show #2 avec François Descraques à Paris le 27 septembre 2018
par yao Jeu 20 Sep 2018 - 9:10

» Les Frenchnerdiens dans le Golden Moustache !
par yao Mer 19 Sep 2018 - 20:47

» [Convention] Lyon Game Show avec Anaïs Vachez - 22&23 septembre 2018
par yao Mer 19 Sep 2018 - 20:32

» [Podcast] Floodcast de FloBer (avec François Descraques)
par yao Mer 19 Sep 2018 - 20:27

» [Vidéo] "Les chroniques écologiques du professeur Feuillage" avec Lénie Cherino
par yao Mer 19 Sep 2018 - 20:22

» [Websérie] "Dark Stories" coréalisé par François Descraques (2018)
par yao Mer 19 Sep 2018 - 20:20

» Les Frenchnerdiens dans le Studio Bagel
par yao Mer 19 Sep 2018 - 20:13

» [BD] Les petites cartes secrètes d'Anaïs Vachez
par yao Mer 19 Sep 2018 - 19:51

» [Livre] "3ème droite" de François Descaques
par yao Mer 19 Sep 2018 - 19:45

» [Festival] Frames avec des Frenchnerdiens - 28&29 septembre
par yao Mer 19 Sep 2018 - 19:44