[Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par FantômePhoenix le Mar 21 Oct 2014 - 15:19

Avant de lire ce super texte, je vous propose un joli teaser où Tanuki le lit et où Nigami, Dark~Jacket et Friks se sont respectivement transformés en Judith, Mattéo et Le Visiteur.
Cette scène s'est déroulée pendant l'IRL des 4 ans du FFF.




Remappage Temporel Involontaire


- « Lorsque votre décès approche, l'implant s'active et vous renvoie dans vos souvenirs à un moment crucial de votre vie. »
- « Mais vous êtes qui, bordel.. ? »
- « Je suis un programme issu de votre implant. Et je me suis activé parce que vous allez bientôt mourir. »


Les mots de l'agent de la société Replay résonnaient encore sous la chevelure flamboyante de Judith. Son regard sombre perdu dans le vide, l'arme toujours pointée sur la porte bien que la serrure numérique ait été activée, elle ressassait sa dernière conversation qui l'avait laissée pantoise.
C'était les larmes aux yeux qu'elle se souvenait de tous les moments forts de sa vie à partir de ce 14 Juin 2098, jour de sa rencontre avec Mattéo. Conseillère en suicide qu'elle était, on n'allait pas tarder à la remplacer par un automate. Ces connards d'automates sans créativité ni compassion. L'effondrement du bâtiment où elle avait construit sa vie et ses projets, tuant sans vergogne plusieurs de ses amis, la laissant sans foyer et l'obligeant à accepter la requête du Visiteur pour espérer vivre chez ce garçon de 2010. Aventure l'ayant amenée à se faire tuer par la cadette et le benjamin de la fratrie Lombardi.
La sonnette retentit de nouveau alors qu'elle adressait une prière quant à la réussite du Visiteur et de Constance, tentant de fuir de la prison nécrophile où elle les avait laissés avant d'émettre son dernier souffle. Posant son arme sur la console où trônaient déjà deux douzaines de cartouches, elle désactiva la serrure numérique et ouvrit la porte.
C'est avec un regard nouveau et un léger sourire qu'elle posa les yeux sur Mattéo. Grand, bien bâti, habillé et protégé pour les circonstances de son métier, un Desert Eagle coincé dans la ceinture et une cicatrice de provenance inconnue lui marquant la tempe, il semblait être le genre d'homme qui n'avait peur de rien. Pourtant, Judith remarqua que ses mains tremblaient. Il n'aurait suffi que d'un coup de vent pour qu'il lâcha ses prospectus.
Alors qu'elle le détaillait, le nouveau venu lui proposa ses services gratuitement. Elle s'entendit répondre, de loin et d'un air absent, qu'elle n'était guère intéressée. Aussi loin qu'elle remontait dans ses souvenirs, elle ne se rappelait pas ce fragment de son existence... Etait-elle déjà en train de changer son histoire.. ?
- « Désolé de vous avoir dérangée... Je m'en vais. » dit-il, sortant une nouvelle fois la jeune femme de sa rêverie.
- « Arrêtez de vous excusez, c'est pénible. Vous devez vous faire respecter. »
- « C'est vraiment pas un problème d'habitude. Mais avec vous, c'est différent... Je ne sais pas pourquoi. » lui répondit l'homme, faisant sourire Judith malgré lui.
- « On peut en discuter si vous voulez. Vous avez pourri ma nuit, donc vous allez vous rattraper. Vous buvez quelque chose ? »
Il était de notoriété publique qu'en l'an 2098 on n'invitait jamais un inconnu chez soi en pleine nuit. C'était un fait et ce, depuis la nuit des temps. De même que l'on ne devait jamais accepter l'invitation d'une inconnue à entrer chez elle, surtout lorsque l'on savait qu'elle était armée d'un Redwolf 2096.
Mais Judith connaissait déjà Mattéo. Fidèle garde du corps peu coûteux, puis partenaire dans le Plan à Trois de Renard, puis ami et finalement amant dans sa première vie.
Mais Mattéo connaissait déjà Judith. Du moins, en avait-il l'impression... Sans doute avait-il juste rêvé d'elle, mais n'était-ce pas déjà une belle coïncidence ? Rencontrer cette femme au caractère bien trempé dans ses songes et la rencontrer réellement par la suite était un sentiment étrange que le jeune homme n'aurait su définir.
- « Vous allez pas me tirer dessus, quand même.. ? » se méfia le jeune homme.
- « Mais non ! » le rassura Judith, blasée.

C'est à partir de cet instant précis que tout souvenir concernant la première vie de Judith s'effacèrent définitivement, lui laissant le loisir de vivre pleinement la deuxième. L'implant se détruisit de lui-même, devenant inutile.

***

En ce 17 Janvier 2099, Judith pensait avec nostalgie que cela faisait sept mois que Mattéo avait frappé à sa porte pour la première fois. Il l'avait fait pour la toute dernière fois dix minutes auparavant.
Il l'avait convaincue de quitter son appartement au profit d'un plus récent parce que, selon lui : « Sérieux, vu la gueule du truc, il va pas tarder à s'effondrer ou à cramer ! »
Ils avaient eu le temps de tisser des liens très forts en sept mois de temps, elle avait en lui une confiance aveugle. S'il disait que l'architecture du bâtiment laissait à désirer et qu'il fallait déménager, alors elle le faisait. S'il prétendait que tous les métiers agréables et bien payés allaient bientôt être occupés par des automates, elle démissionnait et se lançait dans une autre formation au salaire prometteur. En revanche, elle n'arrivait toujours pas à se projeter dans un futur proche où Mattéo serait le tenancier d'une taverne...
Le jeune homme, quant à lui, avait apprit à vivre avec le caractère particulier de la rouquine. Il ne détestait pas, ça pimentait sa vie morne. En effet, peu après sa rencontre avec la jeune femme, il avait réussi à décrocher un contrat auprès d'un bourgeois dont la vie n'intéressait personne mais qui était persuadé que tous les délinquants allaient lui tomber sur le poil à chaque coin de rue. Même en sachant ça, Mattéo restait professionnel et exerçait son métier avec brio à chaque sortie de son patron. Mais jamais rien ne se passait. A plusieurs reprises Judith l'avait taquiné à ce sujet, clamant qu'il était littéralement payé à rien foutre.
- « Prête ? Je te préviens, je refais pas un aller-retour. Si t'as oublié des trucs, tu les descendras toi-même ! »
Judith interrompit ses pensées et regarda le jeune homme debout dans le salon, trois cartons dans les bras sur lesquels était respectivement inscrit « Draps », « Vêtements Hiver » et « Munitions ».
Elle répondit à sa question par un sourire, lui indiquant en même temps qu'il pouvait partir devant.
Une fois seule, elle s'avança jusqu'à la fenêtre sur laquelle la dernière pluie perlait encore. Elle se rappellerait toujours de la vue qu'on avait depuis le trentième étage. Elle se rappellerait toujours de cette vue en particulier, grande compagne de ses soirées moroses. Elle savait sans regarder l'heure qu'un tramway n'allait pas tarder à passer au pied de l'immeuble, et qu'il ferait trembler toute la structure comme à son habitude.
Se retournant et jetant un dernier regard à son petit appartement, elle prit le dernier carton et s'avança jusqu'à sa future ex-porte d'entrée. Ce n'était pas dans ses mœurs d'attacher autant d'importance à un bien matériel, mais ce foyer était le sien depuis tant d'années. Et surtout, c'est sur le pas de cette porte qu'elle avait connu Mattéo...
Elle sentit aux vibrations dangereuses du sol que le tramway passait et que son ami avait bien raison de se poser des questions quant à la fiabilité de l'architecture de ce bâtiment.

***

Accoudée sur son plan de travail devant son grille-pain à se faire des grimaces sur la partie argentée de l'appareil, Judith attendait ses toasts, ingrédients cruciaux de son sandwich. Elle était installée depuis un peu moins de deux mois dans son nouvel appartement, plus spacieux que le précédent mais dont la qualité panoramique laissait à désirer.
Mattéo avait vu juste : son ancien bâtiment s'était effondré la semaine d'avant, faisant énormément de blessés mais tuant surtout beaucoup de personnes... Ce jour-là, contrairement à d'autres occasions, il ne s'était pas vanté d'avoir eu raison. Il s'était juste contenté de dire à Judith à quel point il était heureux qu'elle n'eût pas été au mauvais endroit au mauvais moment, certifiant qu'il s'en serait voulu pendant très longtemps.
Ces derniers jours, elle avait fait le deuil de la majorité de ses amis, victimes de l'effondrement de l'immeuble. Cela avait complètement détruit son moral et elle s'était dit plusieurs fois, qu'à part Mattéo, plus rien ni personne ne la retenait ici. Les grimaces qu'elle se faisait par le biais du reflet du grille-pain était le signe que son humeur remontait la pente. Doucement mais sûrement.
Grâce au dit reflet de l'appareil brûlant, elle vit un mouvement derrière elle. Ce fut vif et si elle n'avait pas eu les yeux rivés sur le métal, elle n'aurait sans doute rien vu. Quelqu'un était chez elle. Pourtant, en ce mois de Mars, les fenêtres étaient fermées et il n'y avait que dans ses rêves les plus fous qu'elle ne verrouillait jamais la porte d'entrée. Elle se redressa doucement faisant attention que la manœuvre restât naturelle et ainsi faire croire à son potentiel agresseur qu'elle n'avait rien remarqué. Un frottement d'étoffe se fit entendre dans son dos. Elle profita du claquement de ressort du toaster, indiquant que son pain était cuit, pour faire une roulade sur le côté, attraper son Redwolf 2096 et pointer l'intrus !
L'homme, surpris, leva les mains en signe de paix et pour montrer à la rouquine qu'il n'était pas armé. C'était un curieux personnage. Parmi tous les traits caractéristiques de cet individu, ce qui marqua le plus Judith en cet instant était son visage couvert de blessures fraîches et son bras encombré d'une machine qui lui était totalement inconnue. Devant la sincérité évidente du nouveau venu quant à son absence d'arme, elle se releva, le canon toujours braqué sur lui.
- « Et ça, c'est quoi ? » lança t-elle, accompagné d'un signe de tête vers son bras.
- « Un... Un Tempusfugitron... Pour voyager dans le temps. Et me téléporter. » expliqua l'intrus, ayant visiblement peur que sa tête ne soit réduite en lasagnes incessamment sous peu.
- « Ca blesse ? »
- « N... NON ! Je peux juste voyager dans le passé avec. C'est tout. »
Judith baissa son arme mais continua de le fixer, attendant qu'il déballât la raison de sa venue. Qui, si elle en croyait le niveau de nervosité de l'énergumène, n'aurait su tarder. Il baissa doucement les mains et entreprit de reprendre une respiration normale. La jeune femme eut tout le loisir de le détailler : un bon mètre soixante-quinze, les cheveux courts et bruns, des yeux noirs qui, elle en était sûre, devait faire tomber toutes les minettes de son époque, une silhouette svelte et il était affublé d'un long manteau marron et de vieilles lunettes d'aviateur. Autrement dit : un clochard. Aux allures futuristes, mais un clochard quand même. Avec une authentique odeur de vieux slip.
Le clodo finit par lui expliquer le motif de sa présence clandestine. Une histoire de Plan à Trois en 2010 qu'elle n'était pas sûre d'avoir assimilée, même s'il lui avait assuré qu'il s'agissait d'un plan de Qualité.
- « Ca ne m'intéresse pas. Barrez-vous. » lança t-elle avant de mordre dans son sandwich.
- « Faites au moins une mission avec nous ! Vous aviserez sur le moment ! » supplia le Vieux Slip.
- « Y'a rien à aviser, j'ai dit non. » fit-elle, la bouche pleine, mettant sa main devant pour éviter qu'un morceau de tomate ne tombât.
L'intrus ne s'attendait visiblement pas à cette réponse, il ne semblait pas s'y être préparé. Pourtant, moins de cinq secondes après le refus de Judith, une lueur maligne brilla dans ses yeux noirs.
- « Si vous acceptez de travailler avec Raph et moi, je vous promets de vous fournir un passeport pour 2010. Papiers d'identité, carte Vitale et toutes les merdes administratives que vous me demanderez. »
La jeune femme savait très bien que le clodo avait jeté un œil dans son salon. Les murs de cette pièce étaient recouverts de posters faisant précisément référence à cette année-là, comme la représentation de l'album « Resistance » de Muse ou des films « Inception » et « Odyssée Deux ».
C'est sur 2010 que la rouquine avait jeté son dévolu pendant son deuil. Parce qu'avant cette époque, c'était le Moyen-Age et après ce sera la merde. 2010 était vraiment l'apogée de l'humanité et les gens avaient beaucoup de chance d'y vivre.
Revenant sur le clochard, elle lui lança un regard énigmatique :
- « Vous êtes vraiment rusé... »
- « … Comme un renard. » l'interrompit l'intrus avec la tête de celui qui connaissait déjà la vanne et qui l'avait essuyé à maintes reprises.

***

Le pouilleux était reparti avec la conviction que Judith allait accepter, même si elle avait insisté sur le fait que sa réponse dépendrait de celle de Mattéo. Bien sûr, à plusieurs reprises ces derniers jours, elle s'était endormie en pensant à ce qu'aurait été sa vie si elle avait vécu à l'aube du XXIème siècle. La liberté de se promener dans un parc, sans arme, par un beau Samedi après-midi sans prendre le risque de se faire tuer pour une liasse de papiers dans son portefeuille. Déménager pour le plaisir du dépaysement, pas parce que l'immeuble se fissure jour après jour. Et, surtout, ne jamais se voir remplacer par un droïde...

***

- « Ouais c'est clair, ça promet d'être plein d'action son Plan à Trois, mais il a pas parlé de thune... » déclara Mattéo, soulevant une grande haltère sur son banc de musculation, après que Judith lui eut expliqué la proposition du Vieux Slip.
- « Bah, ça a pas l'air d'être super-développé comme entreprise... » répondit-elle, assise en tailleur par-terre, arrachant petit à petit l'étiquette d'une bouteille d'eau « Je pense pas qu'il y ait une quelconque rémunération, tu sais.. ? »
- « Quoi ?! » s'exclama le jeune homme, en sueur, tournant vivement la tête vers elle « Et tu lui as dis 'Oui' ?! »
- « Non, j'ai dit que j'allais y réfléchir ! Il doit revenir demain. Tout ce qui m'intéresse, ce sont les papiers d'identité pour 2010. Après, on aura qu'à se barrer et reconstruire notre vie ! »
Il lui offrit des expirations bruyantes pour toute réponse. La rouquine constata que son ami était contrarié par les nouvelles qu'elle lui avait apporté. Quinze bonnes secondes passèrent avant qu'il ne lui formulât une réponse correcte :
- « 'Faut pas avoir inventé la poudre pour pouvoir dire que t'es en kiff sur le début du XXIème siècle, ya qu'à regarder ton salon. J'imagine que c'est ce qu'il a fait ? »
Judith hocha la tête, sachant pertinemment qu'elle s'apprêtait à recevoir une des leçons de morale que lui imposait parfois le garde du corps.
- « Après, libre à toi de te fier à un inconnu total que t'as toi-même qualifié de 'clochard', je suis pas ta mère. » reprit Mattéo en reposant son haltère et en se redressant pour faire face à son interlocutrice « Mais surtout, avant de partir, pose-toi une dernière question : 'Est-ce que ce mec est vraiment apte à te les fournir, ces papiers d'identité ?' … Moi, j'le sens pas. »
La jeune femme resta silencieuse. Elle n'avait pas pensé à cette éventualité mais ne voulait pas l'admettre devant son ami. Ce n'était pas dans ses habitudes d'être aussi stupide, elle s'était laissée influencer par la tentation d'une vie paisible loin d'un Paris pré-apocalyptique.
Les leçons de morale de Mattéo étaient rares et brèves mais elles touchaient là où ça faisait mal, voyant juste à chaque fois. Ses conseils avaient toujours été précieux pour la jeune femme et ses quelques prédictions s'étaient avérées vraies dans soixante-quinze pour-cent des cas. Et, selon le contexte, il semblait improbable que ce pronostic fasse partie du quart restant.

***

- « Mais... Vous avez dit que vous alliez y réfléchir ! » s'exclama le Vieux Slip, le lendemain matin, à l'aube.
Il avait débarqué dans le salon, pièce où dormait Judith, et avait échappé de justesse à une balle provenant mystérieusement d'un Redwolf 2096. Le projectile était allé se planter dans un des murs de la cuisine, la détonation se répercutant dans le petit appartement.
- « Et j'ai tenu parole. » répondit celle-ci, venant de ranger son arme sous son oreiller « Mais la réponse est toujours 'Non'. Maintenant, j'aimerais que vous alliez emmerder quelqu'un d'autre. »
Le clochard semblait décontenancé et pris de court. Plus que la veille. Sans doute à la recherche d'une nouvelle proposition, il regarda la pièce dans sa globalité, ne laissant aucune parcelle au hasard.
- « Non, non, cherchez pas. Ya que 2010... » lança t-elle sèchement en retapant son polochon, prête à se rendormir.
- « Le passeport ne vous intéresse pas.. ? » fit-il, les sourcils froncés, essayant de comprendre où son plan avait foiré.
- « Plus maintenant. Barrez-vous. »
Le clochard tomba à genoux, les mains jointes, et supplia la jeune femme en l'appelant par son prénom. Pour toute réponse, elle ressortit son arme et leva le canon :
- « Je ne veux même pas savoir par quel moyen vous avez pris connaissance de mon identité. Barrez-vous. Je compte jusqu'à trois. Un. »
Elle chargea le Redwolf d'une main experte.
- « S'il vous plaît ne nous laissez pas seuls, Raph et moi ! Vous êtes tout ce qu'il nous reste, on a personne d'autre ! Ses deux seuls potes ne veulent plus bosser avec... »
- « Deux. »
Elle pointa le front de l'individu de son canon encore chaud.
Le Miséreux semblait enfin prendre conscience du danger imminent qu'il courait et se redressa légèrement en levant les mains, celle de droite se dirigeant prudemment vers son bras gauche, porteur du Tempusfugitron.
- « Judith... S'il vous pl... » murmura t-il enfin.
- « Trois. » conclu la rouquine en pressant la détente, sans hésitation.
La balle fut expulsée de la chambre du semi-automatique par une soudaine pression, les stries composant l'intérieur du canon la firent tourner sur elle-même. Le projectile sortit de l'arme pendant que le chien, derrière lui, s'ouvrait pour éjecter la cartouche vide et brûlante, provoquant le recul des mains de Judith. Accompagnée d'une forte détonation, la balle alla rejoindre son prédécesseur planté dans le mur de la cuisine, traversant d'abord l'exact endroit où se trouvaient les connections neurales du Vieux Slip.
Ce dernier s'était téléporté alors que la balle était à cinq centimètres de ses yeux. La jeune femme resta dans cette position quelques secondes, aux aguets, attendant à le voir réapparaître à chaque instant.
Mais le Visiteur ne réapparût pas... Et n’apparaîtra jamais plus.
Elle baissa son arme et la rangea finalement sous son oreiller avant de se rallonger confortablement entre ses draps. Cela ne l'aurait pas arrangé d'avoir un cadavre sur les bras, de si bon matin. Cela l'aurait obligé à sortir de chez elle, dans le froid de Mars pour le signaler à qui de droit... Et elle avait la flemme.

Quelques quatre-cent cinquante années plus tard, dans un bunker dont le code d'entrée était 23805, un robot ; se posant des questions existentielles sur le café ; se vit disparaître au fur et à mesure que les micro-secondes passaient. En un éclair, Henry Castafolte n'était plus...

***

Le 6 Juin 2010, Raph et le Visiteur tentèrent une nouvelle fois de dissuader Lopez de fréquenter Constance, la fille de la boulangère. Fréquentation qui les auraient amenés à l'union puis à la descendance. Descendance directement responsable des pluies acides d'un futur lointain.
Mais sans l'aide de Judith et Mattéo, les deux hommes échouèrent lamentablement. Lopez et Constance se marièrent l'année suivante et eurent le petit Junior, créateur de voitures volantes et coupable du fléau météorologique. Fléau empêchant toute vie à la surface de la Terre, notamment la construction de refuges, empêchant donc la rencontre des parents Lombardi, annulant la naissance du trio.
La fratrie Lombardi n'existant pas, Riton ne sera jamais assassiné sous les yeux de Germain. Ce dernier ne verra jamais la nécessité de fabriquer un robot à l'image de son béguin. L'annulation de la création du premier Castafolte empêchera la création des autres exemplaires...

Ils étaient loin de s'en douter, mais Judith et Mattéo venaient de créer la perte d'un des plus grands humanistes que la Terre avait porté...

Sans Henry pour l'aider à s'échapper de la prison nécrophile, le Visiteur tissera des liens plus ou moins amicaux avec Joseph, son compagnon de cellule, avant de se faire tuer et violer...
Ou l'inverse.


Vous pouvez tout revivre... Mais différemment.


Dernière édition par FantômePhoenix le Sam 14 Nov 2015 - 17:27, édité 4 fois
avatar
FantômePhoenix
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 27
Localisation : VilleNéo du Roi Loth, à côté des pruneaux.

Revenir en haut Aller en bas

[Concours] Texte finaliste : Remappage Temporel Involontaire

Message par Tanuki le Mer 5 Nov 2014 - 0:13

Point modo concours :

Ce texte a été écrit dans le cadre du concours de textes 2014 "L'écrivain du futur" (cliquez sur ce lien si vous voulez savoir les consignes, thèmes et contraintes d'écriture, auxquelles étaient soumises la création de ce texte). Pour cette raison ne vous étonnez pas des premiers commentaires que vous pourrez lire. Ils ont été écrits au cours de ce concours durant lequel l'auteur était anonyme. ^^

Si ce concours et les textes qui ont été écrits dans ce cadre vous intéresse, vous trouverez les liens de chacun d'entre eux sur la page des résultats du concours.

Merci à vous !


Dernière édition par Tanuki le Sam 28 Fév 2015 - 18:09, édité 2 fois

_________________
Concours powa:
Malédiction de l'éternelle seconde aux concours FFF : Razz
  • Dauphine Miss & Mister FFF 2014, 2015 et 2016
  • 2ème au Concours de fan-fics avec Je voudrais déjà...
  • 2ème au Concours de paroles de RM

POKEDEX - Tanukastabot :

Type : Psy - Acier
Description : Issu d'un partenariat entre les labos des Pr. Chen & Castafolte, serait un robot organique à base de gènes de tanuki, animal métamorphe.

avatar
Tanuki
Ex Admin
Ex Admin

Féminin Messages : 5293
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 25
Localisation : Île-de-France

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par Zazu le Sam 15 Nov 2014 - 20:32

Waaah, ton texte est d'une qualité exceptionnelle ! J'étais concentrée d'un bout à l'autre, tout coule de source ! Ah si, un petit détail mais personnel : je n'imagine pas Mattéo comme ça, en meneur, connaissant le caractère de Judith. Mais c'est un parti pris !

J'ai bien aimé la manière dont tu as inséré les contraintes, ça fonctionne à merveille ! Ils ont un rôle dans l'histoire et deviennent vraiment indispensables, bien joué !

Cette deuxième vie que tu nous a proposé m'a particulièrement plu, bravo !
avatar
Zazu
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1480
Date d'inscription : 15/05/2014
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par yao le Jeu 4 Déc 2014 - 15:42

Au début, je me demandais où tu voulais en venir avec ton histoire et, finalement, j'ai lu la fin et j'ai aimé Razz

Par contre, la seule petite "incohérence", c'est que François a expliqué que, de toute façon, sans les Lombardi, Riton se faisait tué (trop de monde le déteste) et Germain allait construire le premier robot Castafolte (on lui a souvent fait la remarque du "comment ça se fait qu'Henry ait existé avant l'épisode S2E3 ou dans toute la saison 1 si les Lombardi n'existaient pas ?")

'fin bref, pas grave ^^

J'aime aussi bien les petites références que tu as éparpillé (2010, tramway, etc.) Smile

Et, comme Zazu, bien vu pour l'emplacement des mots obligatoires Wink

_________________

Robot Suisse : mon étude sur Frenchnerd:
avatar
yao
Ex Admin
Ex Admin

Masculin Messages : 24714
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse - Lausanne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par maribanbelle le Dim 28 Déc 2014 - 3:07

J'ai beaucoup aimé !
J'ai trouvé le début un peu long, je ne voyais pas trop ou tu voulais en venir, mais ça pose bien la situation pour la suite. Et à partir de l'arrivée du Visiteur, je n'ai pas pu détourner les yeux de mon ordi.
Bref bravo, c'est bien écrit et très crédible dans l'univers de la série Smile
avatar
maribanbelle
Ex Modo
Ex Modo

Féminin Messages : 4313
Date d'inscription : 14/11/2014
Age : 24
Localisation : Au Québec !

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par jehane64 le Dim 28 Déc 2014 - 20:46

J'ai adoré ton texte ! Il est super bien écrit, et m'a captivée du début a la fin ! L'histoire est très bien trouvée, les caractères des personnages et l'univers de la série est très bien conservé !
Bravo ! Smile
avatar
jehane64
N+1
N+1

Féminin Messages : 2061
Date d'inscription : 01/10/2014
Age : 20
Localisation : Je suis un Ménestrel de Pau.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par FantômePhoenix le Dim 1 Mar 2015 - 21:20

Merci donc pour vos commentaires, ça m'a fait super plaisir pendant le concours! (Et ça m'a surtout soutenu parce que, plus les jours passaient, plus je me disais que mon texte était pas aussi super que je le pensais)! Vous êtes tous des gentils! Very Happy

Yao, tu m'as pourri tout mon groove en me rappelant que François avait annoncé que Riton se serait fait buter de toutes façons! Par-contre, j'ai pas compris ce que tu as voulu dire par "Tramway". Visiblement, j'ai glissé une référence dont j'ignorais l'existence! xD
Et puis, comme je l'ai dit sur le topic des résultats du concours, j'ai écrit un épilogue de cette histoire! Je vais tâcher de la publier ici aussi, quand j'aurai un petit peu de temps! Smile


Dernière édition par FantômePhoenix le Ven 6 Mar 2015 - 10:16, édité 1 fois
avatar
FantômePhoenix
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 27
Localisation : VilleNéo du Roi Loth, à côté des pruneaux.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par yao le Lun 2 Mar 2015 - 0:07


_________________

Robot Suisse : mon étude sur Frenchnerd:
avatar
yao
Ex Admin
Ex Admin

Masculin Messages : 24714
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse - Lausanne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par FantômePhoenix le Lun 2 Mar 2015 - 0:19

Ca y'est je me souviens du tramway, merci! Razz C'était fait exprès, en fait, bien sûr! (Ca fait tellement longtemps que je n'ai pas lu ma nouvelle, qu'il est possible que j'aie oublié certains passages en plus de celui-là, pfrrt!)
avatar
FantômePhoenix
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 27
Localisation : VilleNéo du Roi Loth, à côté des pruneaux.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par FantômePhoenix le Mar 3 Mar 2015 - 15:44

(Désolée pour le double post, mais voici l'épilogue! J'espère qu'il vous plaira autant que le premier chapitre! Je crois qu'il y a quelques fautes, parce que contrairement au chapitre précédent, personne n'est passé derrière moi pour corriger! J'ai essayé de faire des alinéas mais le site n'en veut pas, visiblement! Razz Bonne lecture quand même!)


Remappage Temporel Involontaire - Epilogue

Judith avait quitté son emploi d'Embaumeuse de Lolcats, il y avait de ça une semaine, après quarante-trois ans d'activité. L'intensité flamboyante de sa chevelure s'était éteinte et avait laissé place à une teinte grise et terne. La jeune femme n'était plus. En cette année 2142, du haut de ses soixante-treize ans, Judith souhaitait profiter pleinement des nombreuses années qu'il lui restait à vivre !
Quelques mois après son refus face au Vieux Slip, Judith avait fait la connaissance d'Elisa, une collègue de travail. Elles s'étaient tout de suite plu, aimant mutuellement leur caractère de merde. Les deux jeunes femmes s'étaient mariées deux années plus tard et avaient respecté à la lettre le serment du prêtre. Jusqu'à ce que la mort vous sépare.
Elisa s'était éteinte deux mois plus tôt à l'âge vénérable de 78 ans, après quarante-et-une années d'un mariage heureux et complice avec Judith, des conséquences d'une maladie foudroyante. Elles n'eurent point descendance, toutes les deux agacées par la simple évocation du mot « enfant » ou tout autre contexte ayant un rapport. La vieille femme se remettait peu à peu du décès de son épouse. C'était d'autant plus éprouvant qu'elles auraient dû fêter leurs noces de fer la semaine suivante.
Mattéo, de son côté, ne s'était jamais fiancé ; trop amoureux de Judith ; mais avait cumulé les plans cul jusqu'à présent, pour garder la forme. Pendant ces quarante-trois dernières années le bourgeois, pour qui il avait travaillé quinze années durant, était arrivé à la tête de l'entreprise familiale.
Depuis des générations, l'entreprise Maverick Incorporation menait une équipe composée de toutes sortes de scientifiques. Des physiciens, des chimistes, quelques géophysiciens et géothermiciens, des biologistes, des astrophysiciens et autres ingénieurs en énergie solaire. C'est cette équipe de têtes qui trouva le vaccin contre l'Alzheimer. Nathanaël, le dernier héritier des Maverick, faisait travailler ses chercheurs sur la création d'un portail spatio-temporel depuis une douzaine d'années et avait enfin abouti à un résultat pas trop dégueulasse après dix-huit essais, tous plus fructueux les uns que les autres. Mattéo, à la retraite depuis peu, avait gardé un très bon contact avec son ancien patron et avait suivit de près ses avancées scientifiques, espérant que le projet arrive à son terme avant lui...
Judith ferma sa valise et fit une dernière ronde dans son appartement pour vérifier que rien ne manquait. Elle s'était débarrassé des affaires d'Elisa trois jours après le décès de celle-ci, ne gardant que deux ou trois petites choses auxquelles elle tenait absolument. Deux ou trois petites choses qui étaient à présent enfermées dans sa valise. Mattéo était venu la voir l'avant-veille avec une nouvelle inattendue. Une chose à laquelle elle n'avait pas pensé depuis une trentaine d'années...
- « L'Etat a remit le certificat à Maverick Inco'.. ! » avait-il dit, pas sûr de l'effet que la nouvelle ferait à sa vieille amie.
- « Donc... » essaya-t'elle de comprendre, ayant peur d'une réponse négative « Sa création est officielle..? »
- « Entièrement. Et approuvée par le gouvernement. »
- « On peut s'en servir, alors.. ? »
Le visage de Judith s'était illuminé quand Mattéo avait hoché la tête. Elle avait rangé sa lubie, quelque part entre 2109 et 2111, dans un coin sous sa chevelure flamboyante de l'époque et n'y avait plus retouché depuis.
- « 17 Mai ? » demanda l'homme, sachant pertinemment que la date importait peu.
Un aller simple pour 2010. Voilà ni plus ni moins ce qu'il était venu lui proposer.
Etant sûre de ne rien avoir oublié, Judith prit sa valise et sortit de son appartement pour la dernière fois, le bagage roulant fidèlement derrière elle. Mattéo avait proposé de venir la chercher et de faire le chemin jusqu'aux Laboratoires Maverick avec elle. Mais elle avait décliné l'offre, préférant s'y rendre seule, pour pouvoir faire ses adieux à 2142 en toute tranquillité, sans être qualifiée de « Nostalgique » par son vieil ami.
Assise sur un strapontin, la tête appuyée contre la vitre du Metr'Hover, elle regardait défiler le paysage pré-apocalyptique du Paris qu'elle avait toujours connu. Elle essayait de deviner ce qui se trouvait à la place de tel ou tel immeuble récent en 2010. Ici, un parc. Là, une école. Le Métr'Hover retourna dans les profondeurs de la capitale et s'arrêta à Nation, destination de l'ex-rouquine. Sortant de l'édicule, elle vit Mattéo, au loin, qui l'attendait près du portail des Laboratoires, sa propre valise à ses côtés.


***


- « Mattéo vous a t'il expliqué tout ce qu'il y avait à savoir sur le portail spatio-temporel que nous avons créé, Judith ? demanda Nathanaël alors qu'il les menait à travers les différents couloirs du bâtiment.
- « Absolument. Mais je crois avoir décroché quand il a parlé de Théorie des Cordes. »
- « Ce qui est tout à fait normal, étant donné qu'elle n'a rien à voir avec les voyages temporels... » répondit-il en soulevant un sourcil vers l'ex-garde du corps.
- « Bah, je m'étais maté la totale de Code Quantum la veille pour essayer de comprendre la partie mécanique du portail... » se défendit celui-ci.
Ils poursuivirent leur chemin en direction d'un ascenseur, non sans un soupir de la part de l'héritier. Dans la cabine qui les menait au huitième et dernier étage, Judith angoissait de plus en plus. Toute la soirée de la veille, elle s'était dit que, peut-être, elle était trop âgée pour supporter un tel voyage. Pensant que toute cette histoire était montée à la tête de Mattéo et que, malgré la bonne intention qu'il avait eu que de penser qu'un aller simple pour 2010 lui ferait plaisir, il faisait abstraction de tous les potentiels dangers qui existaient pour eux deux. Les dix-huit précédents essais avaient été triomphaux et la création avait reçu un certificat de l'Etat, mais est-ce qu'elle daignerait fonctionner aujourd'hui, précisément ? Leur assurerait-elle une arrivée en un seul morceau ?
Nathanaël les fit entrer dans la Salle de Tests dépourvue de fenêtre, uniquement éclairée par des tubes fluorescents accrochés aux murs, et leur présenta les trois hommes qui s'y trouvaient déjà. Deux d'entre eux étaient devant le même ordinateur pendant que le dernier s'occupait à plier une grande couverture polaire sous laquelle se trouvaient douze panneaux solaires conséquents. Judith aurait juré que les deux premiers jouaient au Solitaire avant de couper précipitamment à l'entrée de leur chef. Le portail se trouvait à une bonne distance d'eux, à l'autre extrémité de la salle.
- « Judith, permettez-moi de vous présenter le Professeur Gordon qui, grâce à son ordinateur, suivra de très près le déroulement du voyage et fera les calculs et les manipulations nécessaires pour que tout se passe pour le mieux. Le Professeur Delarge, uniquement présent dans un but d'observation. Et le Professeur Postic, assistant du Docteur Parish qui... n'est pas présent, visiblement. » remarqua l'héritier en balayant la salle du regard « Bref, ils sont tous deux spécialisés en énergie solaire. Ils s'occuperont donc de l'alimentation des panneaux que vous voyez là. »
Au lieu de regarder une deuxième fois les panneaux photovoltaïques, la vieille femme leva la tête et remarqua que le plafond n'était en fait qu'une très grande baie vitrée fermée par des stores. C'est probablement par cette vitre que l'astre viendra alimenter les panneaux qui lui sont dédiés.
Les trois scientifiques vinrent saluer Mattéo ; qu'ils connaissaient tous déjà très bien suite à ses nombreuses visites aux Laboratoires ; et firent un baise-main à Judith.
- « Monsieur Maverick, nous sommes prêts, nous pouvons commencer. » informa le Professeur Gordon en se rasseyant devant son ordinateur.
- « M'est d'avis qu'il est risqué de commencer sans le Docteur Parish. Qu'en pensez-vous ? »
- « Il avait une affaire à régler avec Gwendol... enfin, je veux dire, le Professeur Lestallen. Il devrait revenir dans moins d'une minute. »
- « Moins d'une minute, c'est pratiquement un record pour Parish.. ! » chuchota le Professeur Delarge, ce qui fit pouffer ses collègues et Mattéo.
Nathanaël s'empêcha de rire ou de sourire à la remarque murmurée de son employé, il devait rester impartial.


***


Judith monta sur le socle du portail, aidée par Nathanaël lui tenant le bras. Un biostatisticien, qui était entré dans la salle entre temps, poussa un des trois cerceaux pour faire de la place à Mattéo qui monta à la suite de son amie. Puis, on fit poser leurs deux bagages à leur côté.
Le socle, qui n'était pas scellé au sol, était tenu par deux barres attenantes, elles-même reliées à deux colonnes. Le point de jonction des trois cerceaux horizontaux coïncidait avec le rattachement des barres aux colonnes. Si bien que cela permettait aux cerceaux de passer au-dessus et en-dessous du socle en toute fluidité, et avaient été conçus assez larges pour ne pas blesser Mattéo qui était encore bien bâti pour ses soixante-quinze hivers.
L'héritier Maverick congédia le biostatisticien, qui quitta immédiatement la pièce, et se plaça derrière un tableau de commande avant d'appuyer sur un bouton près d'un micro :
- « Le Docteur Parish est demandé en Salle de Tests. » puis, lâchant le bouton « Messieurs, procédez à la mise en marche ! »
De l'autre côté de la salle, loin de Mattéo et Judith, les trois hommes en blouse blanche obéissaient aux directives de leur supérieur. Pendant que l'un vérifiait des calculs sur ordinateur, l'autre ouvrait les stores du toit panoramique, laissant les rayons brûlants et lumineux du zénith envahir les panneaux solaires alimentant le portail spatio-temporel. Le Professeur Delarge ne faisait que prendre des notes pour les archives, à la demande de Nathanaël.
Le professeur Gordon quitta son ordinateur un instant pour commencer la procédure d'Avertissement, rendue obligatoire après un accident. L'Avertissement servait à signifier que le portail allait fonctionner et qu'il fallait absolument s'en éloigner si l'on tenait à rester à son époque. Il s'approcha d'un autre tableau de commande, souleva un clapet et appuya de manière bien définie sur trois boutons de tailles différentes. Une suite de sons graves et courts se fit entendre dans toute la pièce, faisant sursauter Judith. Mattéo l'enlaça d'un bras pour la rassurer, mais fût moins fier quand il sursauta à son tour parce que Nathanaël avait hurlé dans son micro :
- « Parish, tu bouges ton cul ?! »
Après une autre manipulation de la part du professeur Gordon, d'autres sons ; plus aigus et plus réguliers, cette fois ; se firent entendre par-dessus les premiers. La combinaison des deux séries prévenait du danger, sans pour autant être désagréable ou cacophonique.
Sous quelques arcs électriques qui fascinèrent la vieille femme, les trois cerceaux métalliques se mirent à lentement se mouvoir autour du socle. La porte de la Salle de Tests s'ouvrit en trombe sur un homme qui finissait d'enfiler sa blouse et qui se dirigeait déjà vers un ordinateur, laissant le battant trembler sur ses gonds.
- « Parish, magne-toi ou c'est la porte ! » s'écria l'héritier Maverick, par-dessus l'Avertissement.
Immédiatement, les cerceaux prirent de la vitesse et les arcs électriques gagnèrent en intensité.
- « Professeur Postic, plus de lumière ! » ordonna le retardataire, pianotant sur son clavier aussi vite qu'il le pouvait.
Le scientifique s'y attela et découvrit plus de panneaux solaires. L'Avertissement était à présent en partie couvert par le bruit assourdissant que produisaient le mouvement circulaire des cerceaux et le claquement des arcs électriques. Les pans de blouses des scientifiques voletaient.
- « Mattéo ! » appela Nathanaël par-dessus le vacarme.
L'intéressé tourna la tête dans sa direction et essaya de se fier à sa vieille ouïe.
- « Tu vas me manquer, mec ! Prends soin d'elle ! » reprit l'héritier en s'époumonant,les mains en porte-voix.
L'ex-garde du corps, désormais trop vieux pour hurler de la sorte, se contenta de lui sourire et de lever ses deux pouces avant de se concentrer à nouveau sur le mouvement des cercles métalliques.
Les vieux amis prirent chacun leur valise, sentant qu'ils n'allaient pas tarder à sortir du portail. Judith contemplait chacun des trois cerceaux qui se mouvaient autour d'eux. Ils tournaient tellement vite que les deux amis eurent bientôt l'impression d'être enfermés dans une sphère de métal, les arcs électriques claquant à l'extérieur, contre les colonnes.
C'est en apercevant furtivement un décor urbain se créer autour d'elle, qu'elle attrapa la main libre de son vieil ami, avant de se retrouver à nouveau dans la sphère. Mattéo serra la main de son amie avec grand plaisir. Malgré le fait que Nathanaël l'avait tenu régulièrement informé de ses progrès en ce qui concernait le projet « Tempusfugitron », c'était son premier voyage temporel à lui aussi et l'apparition du décor urbain l'avait surpris également. L'héritier Maverick lui avait fait le détail de tout ce qu'il allait voir ou entendre pendant la transition.
L'ambiance urbaine réapparût et resta plus longtemps, cette fois. Il entendait de moins en moins le vacarme assourdissant de la Salle de Tests ; ce qui, selon Mattéo et les explications de Nathanaël, était bon signe. La sphère métallique laissa plus régulièrement place au décor urbain, les cerceaux ayant atteint leur vitesse maximum. Le vieil homme entendit la voix de son ancien patron pour la dernière fois :
- « Parish, maintenant !! »
La sphère laissa place à une rue essentiellement fréquentée par des voitures des années 2000. L'ex-garde du corps incita son amie à faire un pas en avant pour sortir de la zone du vortex. Ils étaient sur un trottoir désert, non loin d'un arrêt de bus occupé par quatre personnes qui n'avaient pas prêté attention à l’événement récent.
Judith, tenant toujours fermement sa valise, lâcha cependant la main de Mattéo pour faire un lent tour sur elle-même afin de contempler l'époque qu'elle convoitait depuis toutes ces décennies, un grand sourire aux lèvres ! Dans l'arrêt de bus, appuyé contre la vitre, son smartphone en main, ouvert sur Angry Birds, un jeune homme capillairement divergeant les regardait avec insistance. Ce couple de vieux lui disait vaguement quelque chose. Mais son attention se reporta bien vite sur son écran parce que « La putain de sa race de cochon, mais crève, bordel ! » lui valant quelques regards sans qu'il ne s'en aperçoive.

Dans la Salle de Tests, cent trente-deux ans plus tard, le premier exemplaire du Tempusfugitron s'arrêta peu à peu. Les panneaux solaires avaient été recouverts et les stores refermés, seuls les tubes fluos illuminaient la pièce. Les cerceaux de métal arrêtèrent progressivement leur course, n'ayant plus personne en leur centre. Nathanaël Maverick sortit de derrière le tableau de commande en se massant les tempes :
- « Beau travail, Messieurs. Parish, encore un retard comme celui-là et je vous rétrograde au rang de concierge. »
- « Oui, Monsieur. » répondit le concerné en éteignant son ordinateur.
- « Comme prévu, vous avez votre après-midi, Messieurs. Vous pouvez disposer, je vous vois demain. »
Les quatre hommes partirent après s'être assurés que le portail s'était complètement arrêté.
L'héritier Maverick resta dans la salle un long moment après le départ des scientifiques. Il était à la fois fier que sa création ait si bien fonctionné et à la fois très triste que l'un de ses amis les plus chers soit parti sans possibilité de retour. Mais il n'avait pas totalement disparu. Mattéo avait promis qu'il lui écrirait plusieurs lettres et qu'il les enterrerait sous les ruines de ce qui allait devenir les Laboratoires Maverick.
Toute la semaine suivante, Nathanaël hésita à se rendre au sous-sol, ayant peur d'être déçu par l'absence de lettres.


***

Finalement, plus d'un mois après le départ de son ex-garde du corps, il se résolut à descendre dans la pièce inoccupée. Il avait réussi à se convaincre que si son ami ne lui avait pas écrit, ce n'était pas si grave. Il se faufila entre les réserves de tubes à essais et les fioles de sérum physiologique, se mis à genoux à un endroit bien spécifique et creusa le sol sablonneux. Il n'eut pas à creuser bien longtemps, il découvrit vite une grande boîte en bois. Sur le couvercle, elle était gravée d'un « Destiné à Nathanaël Maverick, à partir du 18 Juillet 2142 » parfaitement lisible, malgré le siècle passé sous terre.
Un grand sourire aux lèvres, l'héritier remonta au rez-de-chaussée et se dirigea vers son bureau en collant la boîte contre sa poitrine, tel un enfant, malgré ses soixante printemps. Il s'installa confortablement dans son fauteuil, les pieds sur son bureau, la boîte sur les genoux et l'ouvrit. C'est avec bonheur qu'il découvrit plus de lettres qu'il ne pourrait en lire au cours d'une vie ! Toutes de Mattéo et quelques unes de Judith, accompagnées d'une poignées de photos légèrement jaunies par le temps.

«  18 Mai 2010 - Mon très vieux pote, 'Naël... »
avatar
FantômePhoenix
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 27
Localisation : VilleNéo du Roi Loth, à côté des pruneaux.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par Lorkhia le Mar 3 Mar 2015 - 17:09

N'étant pas encore des vôtres au moment où a eu lieu ce concours de textes, je n'avais pas pu poser mes yeux sur cette petite fiction, alors, voilà, je me rattrape aujourd'hui ! Je vais aller droit au but, j'ai beaucoup aimé. Que ce soit ton premier texte ou cet épilogue, les deux sont vraiment très plaisant à lire. C'est fluide, sans la moindre faute d'orthographe (de ce que j'en ai vu en tout cas. Lorsque je lis, je suis trop concentrée et plongée dans l'univers pour faire vraiment attention à ça... ^^'), et surtout tu ne nous perds pas une seule seconde ! On a envie de connaitre la suite à chaque instant, et même les détails restent intéressants. Vraiment, du très beau travail ! Je te remercie pour cet agréable moment de lecture. Smile
avatar
Lorkhia
Missionnaire
Missionnaire

Féminin Messages : 409
Date d'inscription : 27/02/2015
Age : 22
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par FantômePhoenix le Mar 3 Mar 2015 - 17:17

Et moi je te remercie pour ce commentaire très plaisant! Ca fait toujours chaud au cœur de voir que les gens apprécient ce que l'on écrit! I love you
(Et je suis rassurée de savoir qu'il n'y a pas de fautes!)
avatar
FantômePhoenix
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 27
Localisation : VilleNéo du Roi Loth, à côté des pruneaux.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par Lorkhia le Mar 3 Mar 2015 - 17:28

Je t'en prie, j'aime beaucoup encourager ceux qui écrivent ! D'ailleurs, j'espère que tu posteras d'autres de tes écrits sur ce forum, un jour au l'autre. Je serai ravie de les lire et de te donner mon modeste avis Smile
avatar
Lorkhia
Missionnaire
Missionnaire

Féminin Messages : 409
Date d'inscription : 27/02/2015
Age : 22
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par FantômePhoenix le Mar 3 Mar 2015 - 19:51

Il y en a un autre dans ma signature, si tu veux. "Free me from this dream" porte sur l'univers de Salut les Geeks. Et, en toute modestie bien sûr, je trouve qu'il est plutôt chouette! Smile
avatar
FantômePhoenix
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 27
Localisation : VilleNéo du Roi Loth, à côté des pruneaux.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par JurassicBlack le Ven 6 Mar 2015 - 1:00

Le texte du concours était déjà vraiment chouette ; mais, en plus, l'épilogue est génial ! Very Happy 
C'est bien écrit, tu as casé plein de petites références et tu as bien exploité l'univers de Mattéo et Judith je trouve : un grand Bravo !!!! Very Happy 
avatar
JurassicBlack
Stratège de Call of Balls
Stratège de Call of Balls

Féminin Messages : 3470
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 25
Localisation : Juste derrière toi, ne te retourne surtout pas...

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par FantômePhoenix le Ven 6 Mar 2015 - 10:23

Je suis contente que le texte t'ait plu! Smile Merci d'avoir remarqué toutes les petites références!
(Hier soir, je me suis rendue-compte que "Maverick" était un nom de famille porté par le protagoniste dans Top Gun... Je ne l'ai su qu'hier soir donc, techniquement, le nom de l'héritier n'est pas une référence à ce film).
avatar
FantômePhoenix
Chouchou d'Eustache
Chouchou d'Eustache

Féminin Messages : 1305
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 27
Localisation : VilleNéo du Roi Loth, à côté des pruneaux.

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fan Fiction du VDF] Remappage Temporel Involontaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Qui est en ligne ?
Il y a en tout 12 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 12 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 579 le Dim 15 Juin 2014 - 18:28
Derniers sujets
» [THEATRE] Sabine Perraud dans "un truc entre nous"
par Friks Lun 17 Sep 2018 - 21:15

» L’actualité hebdomadaire de Frenchnerd
par Friks Lun 17 Sep 2018 - 20:58

» [BD] Les petites cartes secrètes d'Anaïs Vachez
par Momo_tatay Sam 15 Sep 2018 - 15:23

» Les futurs projets des Frenchnerdiens
par Tanuki Ven 14 Sep 2018 - 20:04

» [Vidéo] "Les chroniques écologiques du professeur Feuillage" avec Lénie Cherino
par gaea Ven 14 Sep 2018 - 12:18

» [EVENEMENT LYON] Lénie Chérino au Festival Everyday Heroes 2018
par gaea Ven 14 Sep 2018 - 12:14

» [2017.09.05] 3ÈME DROITE - UN FEUILLETON TWITTER
par Malva Mar 11 Sep 2018 - 18:41

» [Convention] Lyon Game Show avec Anaïs Vachez - 22&23 septembre 2018
par Aelis Sam 8 Sep 2018 - 9:22

» Les Frenchnerdiens dans le Studio Bagel
par Aelis Sam 8 Sep 2018 - 9:19

» Les Frenchnerdiens dans le Golden Moustache !
par Aelis Sam 8 Sep 2018 - 9:16

» [Livre] "3ème droite" de François Descaques
par Moisy Jeu 6 Sep 2018 - 19:27

» [Festival] Frames avec des Frenchnerdiens - 28&29 septembre
par Aelis Mer 5 Sep 2018 - 20:56

» Les Vines / Instagram / Vidéos Facebook avec les Frenchnerdiens
par Aelis Ven 31 Aoû 2018 - 21:38

» Les projets/créations de Karine Ventalon
par Aelis Ven 31 Aoû 2018 - 21:17

» [Gifs] VDF - Castabitch sort photoshop
par Malva Mer 29 Aoû 2018 - 18:08

» [Websérie] Le Trone de Frogz avec des Frenchnerdiens
par PhilDeFer Mar 21 Aoû 2018 - 11:38

» Groupe cosplay Polymanga
par yao Ven 10 Aoû 2018 - 8:59

» Les Frenchnerdiens chez Cyprien !
par yao Ven 10 Aoû 2018 - 8:43

» World Wide Fan-art !
par yao Mar 7 Aoû 2018 - 14:52

» [Série] "Ronan" scénarisé par François Descraques (2007)
par yao Lun 6 Aoû 2018 - 10:01